La première fois

La première fois, elle était restée parce qu'elle aimait.

Du moins, elle pensait que ce sentiment de crainte mêlée d'admiration c'était de l'amour. Il la protégeait, rien ne pouvait l'atteindre, il faisait écran entre elle et le monde, entre elle et la sauvagerie du monde.

Et puis, elle l'avait provoqué, non ?

C'était normal qu'il réagisse. Il était jaloux. C'était flatteur, rassurant. On est jaloux de qui l'on aime, non ? Du moins, elle le pensait.

Pourtant, pendant ce dîner, au restaurant, avec ses collègues, élèves de première année à l'école normale d'instituteurs - qu'elle était fière d'y être entrée - et quelques profs, elle n'avait rien remarqué. Etait-ce vrai que son prof de Français, de 10 ans son aîné - comme lui - l'avait regardée avec insistance ? Semblait ne s'adresser qu'à elle quand il prenait la parole ? Ce dont elle était sûre, c'est qu'elle ne l'avait pas encouragé... Du moins, elle le pensait.

Mais lui, il avait vu.

Il avait remarqué je ne sais quelle connivence entre eux, je ne sais quelle complicité dans leurs regards. Elle avait nié, l'avait assuré du contraire : C'était avec lui qu'elle avait choisi d'avoir un enfant, non ? Il s'était entêté. Alors c'était sorti : "Mets-moi sur le trottoir pendant que tu y es, au moins, ça te rapportera !", comme un défi, les yeux étincelants rivés dans les siens.

La premiere fois

Sa joue qui brûle, et l'autre, tout de suite après...

Des cloches dans les oreilles, les pensées qui se bousculent, incrédules : "Il a vraiment frappé ?".

Après, bien après, elle a su que sa première réaction était la bonne : Partir ! Tout de suite ! Et ne plus revenir. Mais il a trouvé les mots: "Pas en pleine nuit avec la petite. Dors là cette nuit, je dormirai sur le canapé. Demain, tu partiras si tu veux".

Et elle est restée juste pour cette nuit... En pointillés. Mais le lendemain, une fois le jour levé, le plateau du petit-déjeuner et lui, à genoux, un bouquet de fleurs dans les mains qui pleure, demande pardon, promet...

Elle est restée. C'était juste un accident, une erreur de parcours... Du moins, elle le pensait ! Elle n'a rien dit, à personne... Ça ne se faisait pas !

conteuse histoire humeur raconter balancer personnel femme battue

Commentaires

  • Stéphanie V
    • 1. Stéphanie V Le 08/09/2019
    C'est poignant.... "elle" a quand même su partir un jour.....
    • nadinedemarey
      Oui, longtemps après... Après la première, il y en eut bien d'autres... Je les évoquerai. Bises Stéphanie
  • Phil du 62
    Plus de 100 femmes cette année sont mortes, en France, sous les coups de leur conjoint. Moi, je suis un homme et j'ai honte d'appartenir à ce genre. Dès le premier coup suivi du bouquet de fleurs réparateur, il faut fuir. Mais ça, c'est facile à dire...
    • nadinedemarey
      Oui... On a tou(te)s ses blessures. Il faut faire au mieux comme on est...