femme battue

  • Comme l'odeur arrogante d'une souffrance enfouie

    Une fin ? un début ?

    Après toutes ces années, un jour, elle est partie, enfin. Il a eu un geste de trop, il a levé la main sur son fils, si petit. Alors elle a dit "c'est fini". Bien sûr, ça n'a pas été aussi simple...

    Lire la suite

  • La deuxième... Et les suivantes

    Deuxième épisode de ce témoignage.

    Il est important de préciser, il me semble, que je ne cherche ni la compassion ni la pitié. Cette histoire a plus de 30 ans, elle est loin derrière moi et ne me fait plus souffrir. Si je raconte c'est pour inciter à ne pas juger celles qui vivent ce drame au présent. Si on les juge, elles ne peuvent pas parler ! Parlez sans honte, la honte n'est pas de votre côté ! Et vous qui me lisez, ne soyez pas gêné ! Je ne le suis pas !

    Lire la suite

  • La première fois

    La première fois, elle était restée parce qu'elle aimait.

    Du moins, elle pensait que ce sentiment de crainte mêlée d'admiration c'était de l'amour. Il la protégeait, rien ne pouvait l'atteindre, il faisait écran entre elle et le monde, entre elle et la sauvagerie du monde.

    Lire la suite

×